A la Une

[VIDÉO] L'Institut du Monde Arabe lance la collection "Araborama"

06 février 2020 à 11h03 Par Manuel Mariani
Crédit photo : D.R.

L’Institut du monde arabe annonce le lancement de “Araborama” en collaboration avec les Editions du Seuil. Une très belle collection d'ouvrages à découvrir dès aujourd'hui dans votre librairie habituelle.

De quoi le monde arabe est-il le nom ? Cet ouvrage collectif, qui inaugure la collection « Araborama », rassemble une pléiade de journalistes, d’intellectuels, d’écrivains et d’artistes pour en explorer l’histoire, la pluralité et les contours.
 
L’Institut du monde arabe et le Seuil lancent la collection « Araborama » pour décrypter les mondes arabes et mieux les saisir dans leur vitalité, leur inventivité et leur pluralité.

Le premier livre de la collection pose une question primordiale : le monde arabe existe-t-il (encore) ? A-t-il jamais existé ? De quoi est-il le nom ? La notion a-t-elle encore un sens ? Et lequel ?

Se poser la question du, ou plutôt des mondes arabes, c’est articuler les trois grands axes qui fondent son identité et font l’ossature de ce livre : ses histoires plurielles, depuis les panarabismes jusqu’aux califats ; ses façons de vivre, ses religions, langues et cultures ; ses espaces et ses limites, ses frontières et ses lignes de fracture : tout cela est interrogé dans cet ouvrage.

Au féminin comme au masculin, historiens, philosophes, écrivains, journalistes, militants, artistes et créateurs, bâtisseurs du monde arabe, tous livrent par leurs contributions inédites, articles, témoignages, enquêtes et illustrations, leurs analyses et lectures des mondes arabes.

Une publication qui associe les spécialistes, intellectuels, artistes et acteurs des mondes arabes, parmi lesquels Nabil Ayouch, Christophe Ayad, Bertrand Badie, Jacqueline Chabbi, Leyla Dakhli, Kamel Daoud, Mathieu Guidère, Joumana Haddad, Henry Laurens, Farouk Mardam-Bey, Karl reMarks, Elias Sanbar…

Pour en savoir plus, découvrez la vidéo de l’interview (en langue arabe) de Coline Houssais, contributrice de l’ouvrage, sur la chaîne France 24 :