A la Une

Tariq Ramadan admet des « relations consenties » avec deux de ses accusatrices puis contre-attaque !

23 octobre 2018 à 10h03

L’affaire connait de nouveaux rebondissements !

Mis en examen pour viols, Tariq Ramadan a reconnu, lors de son audition par les juges d’instruction lundi 22 octobre, des rapports sexuels consentis avec Henda Ayari et « Christelle » alors qu’il les niait jusque-là.

« Je voulais simplement revenir sur mes déclarations (...), je n’avais pas dit la vérité, j’avais menti », a-t-il déclaré aux magistrats.

Son avocat, Me Emmanuel Marsigny, a précisé que les relations avec les deux plaignantes étaient « parfaitement souhaitées et consenties » avant de rajouter que « la raison pour laquelle Tariq Ramadan a été contraint jusqu’à présent de ne pas reconnaître avoir eu des relations tient au fait que, depuis le départ, tant sur le plan médiatique qu’au cours de sa garde à vue (…), il a eu le sentiment que la conviction était acquise de ce qu’il était coupable des faits pour lesquels il était mis en examen, sans être en mesure de disposer des éléments matériels qui viennent récemment d’être versés au dossier. »

Mardi 23 octobre, la défense de l’islamologue contre-attaque en dévoilant des SMS envoyés par Henda Ayari.

« Viens chez moi je vais te faire oublier toutes les autres »… « Viens chez moi chéri, qu'on se fasse du bien, on en a besoin »… « Je suis ta petite chienne rien qu'à toi »…

Pour Me Marsigny, ces messages démontrent que la thèse des viols ne tient pas et affirme que ces SMS « prouvent que ces relations étaient souhaitées et consenties ».