Algérie

Les étudiants algériens boycottent les cours pour dénoncer la candidature de Bouteflika !

05 mars 2019 à 13h25
Les étudiants algériens ont largement boycotté les cours aujourd'hui, poursuivant la contestation lancée il y a près de deux semaines contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat le 18 avril prochain.

Les étudiants algériens ont largement boycotté les cours aujourd'hui, poursuivant la contestation lancée il y a près de deux semaines contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat le 18 avril prochain.

Obligé de répondre au peuple qui vit une crise sans précédent, le président sortant, 82 ans, a tenté de trouver une porte de sortie en faisant savoir par son directeur de campagne qu'il était prêt à renoncer au pouvoir dans un an s'il est réélu. Cette proposition n'a guère convaincu les algériens. 

A Alger, les étudiants ont déserté les cours à l'université de Bab Ezzouar, la plus grande du pays. Plusieurs autres campus des facultés de la capitale étaient également déserts. "Nous sommes le monde, le système n'est rien", ont proclamé sur les réseaux sociaux de jeunes opposants à Bouteflika. Dans plusieurs villes du pays, des centaines de personnes ont encore manifesté aujourd’hui.

La France a réaffirmé son soutien pour l'élection du 18 avril, souhaitant que le scrutin se "déroule dans de bonnes conditions". "Nous avons pris note de la candidature du président Bouteflika", a déclaré la porte-parole du Quai d'Orsay. "Nous souhaitons que l’élection présidentielle se déroule dans de bonnes conditions. C’est au peuple algérien qu’il appartient de choisir ses dirigeants et de décider de son avenir."

Victime d’un accident vasculaire cérébral en 2013, il n’a fait depuis que très peu d’apparitions publiques, sa dernière datant de 2014.