A la Une

Le conseil de sécurité de l'ONU se réunit en visioconférence au sujet de la Palestine

16 mai 2021 à 16h24 Par Manuel Mariani
Crédit photo : © ONU

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies tient aujourd'hui, dimanche, une réunion en visioconférence consacrée aux derniers développements survenus à Gaza et à Jérusalem-Est, ces derniers jours, suite aux violences entre Israéliens et Palestiniens.

Cette réunion programmée à la demande de la Chine, de la Norvège et de la Tunisie, verra la participation du Secrétaire Général de l'ONU, António Guterres, et le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland. La parole sera donnée, au cours de cette réunion, aux membres du Conseil de sécurité mais également à d'autres pays.

Des réunions, plus restreintes, relatives à la même question ont été organisées en visioconférence les 10 et 12 mai courant par le Conseil de sécurité qui a eu à écouter le rapport de Tor Wennesland sur la situation dans les territoires occupés et à Gaza.

La réunion de ce dimanche devait être organisée vendredi mais les Etats-Unis avaient refusé cette date, proposant plutôt mardi avant d'accepter finalement sa tenue dimanche.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Israel avait cependant affirmé que ses soldats et des blindés avaient pénétré dans la bande de Gaza, avant de se rétracter.

Dimanche, peu avant la tenue de la réunion du Conseil de sécurité, dix-sept Palestiniens ont été tués dans des frappes israéliennes sur la bande de Ghaza, ce qui porte à 174 le nombre de personnes tuées dans l'enclave palestinienne depuis lundi. D'après ce dernier bilan, 47 enfants figurent parmi les morts en plus de 1.200 blessés.

La tenue de réunions virtuelles, pratique courante à l'ONU depuis mars 2020 pour cause de pandémie de Covid-19, requiert un consensus parmi les 15 membres du Conseil de sécurité.

La réunion de vendredi avait été demandée par dix membres sur quinze du Conseil (Tunisie, Norvège, Chine, Irlande, Estonie, France, Royaume-Uni, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Niger et Vietnam).

Au terme de cette réunion, le Secrétaire Général de l'ONU António Guterres avait déjà réclamé la fin des violences, par la voie de son Porte Parole :

Le Secrétaire général appelle toutes les parties à immédiatement mettre fin aux combats à Gaza et en Israël. 

L’escalade militaire en cours a causé de grandes souffrances et destructions.  Elle a coûté la vie à des dizaines de civils, dont, tragiquement, de nombreux enfants.  Ces affrontements ont le potentiel de déclencher une crise sécuritaire et humanitaire incontrôlable et d’encourager davantage l’extrémisme, non seulement dans le Territoire palestinien occupé et en Israël, mais dans l’ensemble de la région. 

Les parties doivent permettre l’intensification des efforts de médiation en vue de mettre immédiatement fin aux combats.  L’ONU est activement impliquée dans ces efforts, qui sont également cruciaux pour fournir l’aide humanitaire indispensable aux personnes touchées à Gaza. 

Le Secrétaire général réitère que seule une solution politique durable mènera à une paix durable.  Il réaffirme en outre son engagement, notamment par l’intermédiaire du Quatuor pour le Moyen-Orient, à aider les Palestiniens et les Israéliens à régler ce conflit sur la base des résolutions pertinentes de l’ONU, du droit international et des accords bilatéraux.