Algérie

Réattribution des lignes d’Aigle Azur : Le Groupe Air France rafle la mise

17 janvier 2020 à 08h00 Par Manuel Mariani
Crédit photo : D.R.

Hier, la DGAC (Direction Général de l'Aviation Civile) a publié la liste des compagnies auxquelles ont été réattribués les droits de trafic d'Aigle Azur suite à son dépôt de bilan, notamment sur les villes Algériennes. Une redistribution des cartes qui profite principalement à Air France et sa filiale Transavia, au détriment d’Air Algérie, dont la candidature a tout simplement été ignorée.

La DGAC, qui dépend du Ministère des Transports, a dévoilé le 16 janvier 2020 la liste des compagnies ayant récupéré les « slots » (droits de trafic entre deux aéroports) d'Aigle Azur, parmi lesquels figurent de nombreuses lignes entre l’Algérie et la France.

Au total, une dizaine de compagnies avaient fait acte de candidature, pour la reprise totale ou partielle de ces lignes. Le Groupe Air France, qui avait déjà récupéré près d’un tiers des créneaux depuis et vers l’aéroport d’Orly à travers ses filiales Transavia et Hop, a encore une fois raflé la mise.

Grand gagnant de cette liste, Transavia, qui récupère les principales liaisons avec l’Algérie, avec entre autres Paris/Alger, Paris/Oran, Paris/Constantine, Paris/Tlemcen, Paris/Bejaïa, et Paris/Sétif.

La filiale d’Air France récupère par ailleurs trois autres slots au départ de la capitale de la Région Rhône-Alpes, avec les liaisons Lyon/Oran,  Lyon/Constantine et Lyon/Bejaïa, avec en prime l’autorisation d’augmenter le nombre de ses rotations sur la ligne Lyon/Alger.

Air France, la maison mère de Transavia, obtient quant à elle les droits de trafic pour quelques lignes à destination d’Alger depuis Marseille, Nice et Toulouse, ainsi que la ligne Toulouse/Oran.

De son côté, ASL Airlines, filiale française du groupe finlandais éponyme, s’est vue réattribuer les droits de trafic des lignes Paris/Bejaïa, Paris/Annaba, Lille/Alger, Lille/Oran et Lyon/Alger.

Dernier acteur à avoir récupéré d’anciennes liaisons Aigle Azur vers l’Algérie, la compagnie low-cost espagnole Volotea assurera désormais les vols Marseille/Oran, Marseille/Constantine, Marseille/Bejaïa, Marseille/Tlemcen, Marseille/Annaba et Marseille/Sétif, ainsi que les liaisons Lyon/Sétif et Bordeaux/Alger.

Les compagnies Easyjet, Openskies , Ryanair, TUI Airlines et Vueling, n’ont quant à elles obtenu aucun des anciens droits de trafic d’Aigle Azur.

C’est également le cas d’Air Algérie, qui espérait se renforcer sur un marché où elle est très fortement concurrencée par Air France, mais la DGAC ne lui a pourtant attribué aucun nouveau droit de trafic.

Selon le quotidien El Watan, « c’est une gifle pour l’aviation civile algérienne, une coquille vide qui se résume à un bureau au niveau du ministère des Transports géré par une dame », ajoutant qu’Air Algérie semblait « évoluer sans réelle stratégie », ce qui aurait entraîné que « ce dossier très stratégique a été très mal défendu et le résultat est là aujourd’hui ».

Interrogé par El Watan, Amine Andaloussi, porte-parole d’Air Algérie, aurait déclaré que « c’est le retour à la normale qui va stimuler davantage la concurrence et le passager algérien ne sera pas confronté à une situation de monopole, c’est à nous de gagner des parts de marché. Nous avons fait une demande concernant les droits de trafic, mais nous n’avons rien obtenu ».