Algérie

Mohamed Cheikh grand vainqueur de la saison 12 de Top Chef !

11 juin 2021 à 17h56 Par Manuel Mariani
Mohamed Cheikh félicité par son épouse Sofia, suite à l'annonce des résultats de la saison 12 de Top Chef
Crédit photo : © M6 - Top Chef

Le chef Mohamed Cheikh a remporté mercredi soir la 12ème édition de Top Chef, l'émission culinaire de la chaîne M6, face à la candidate bretonne Sarah Mainguy.

Un grand chef issu... de la diversité

Natif de Montreuil, Mohamed Cheikh a passé le plus clair de son enfance et de sa jeunesse dans le quartier du Bois-Cadet, à Fontenay-sous-Bois (94), au sein d'une famille d'origine algérienne. C'est d'ailleurs avec sa grand mère qu'il a commencé à apprendre la cuisine : chorba, boureks, couscous, baghrirs... les étendards de la cuisine algérienne n'ont bientôt plus de secrets pour lui. Très vite, le pré-adolescent est frappé par le virus de la cuisine, puis il fait un stage de CM2 au Petit Bofinger, un bistrot annexe d'une grande brasserie parisienne proche de la place de la Bastille : c'est décidé, il deviendra chef de cuisine.

Il intègre alors le lycée hôtelier Montaleau de Sucy-en-Brie, dont ils sort en 2010 avec un BEP de cuisine en poche. Puis, il enchaîne quelques expériences auprès de très grands chefs comme Jérôme Banctel, au Lucas Carton d'Alain Senderens alors doublement étoilé, puis au Royal Monceau, où il finit son apprentissage.

Un parcours sans faute...

Il travaille ensuite auprès de Yannick Alléno, avant de devenir chef de partie à La Bauhinia, l'un des trois restaurants du palace parisien Le Shangri La, sous les ordres de Philippe Labbé. Sa première place de chef, c'est au restaurant Le Lounge, la table du Sofitel Paris-La Défense, qu'il l'obtient, avant la consécration en 2019 : il devient chef de cuisine du Publicis Drugstore Paris, l'un des restaurants d'Eric Fréchon, le chef triplement étoilé de l'Hôtel Bristol à Paris.

Pour lui, la cuisine, c'était aussi un moyen de s'échapper de son environnement et de découvrir un monde qui lui semblait initialement inaccessible : en choisissant ce métier, il voulait offrir à ses futurs enfants la vie qu’il n’a pas pu avoir. Ce qui ne l'a pas empêché de souffrir de discriminations en cuisine : il a en effet subi beaucoup de remarques, surtout  au début de sa carrière. Mais il a transformé ce traumatisme en une force démésurée : "Je suis devenu intouchable", confie-t-il.

"J’ai envie de ramener le trophée à la maison !"

Mais au delà de tout cela, Top Chef a été pour lui le moyen de montrer à tous ceux qui ont pu douter de lui, le chemin qu’il a parcouru sans jamais baisser les bras, et qu'avec de la volonté et du travail, on finit toujours pas y arriver ! D'ailleurs, Mohamed est très méticuleux, en cuisine comme dans la vie de tous les jours ! Toujours impeccable, il fait attention au dressage de ses assiettes autant qu'à son look et à son image. Son leïtmotiv : rendre fiers ses parents et prouver que tout le monde peut réussir. En plus de tout cela, sa participation et sa victoire à Top Chef lui ont apporté la reconnaissance, celle qui lui faisait tant défaut, dans ce petit monde de la gastronomie parisienne où le "vivre ensemble" est une notion qui fait souvent défaut.

Un univers culinaire ponctué d'infuences méditerranéennes

La cuisine de Mohamed est technique, certes, mais pas seulement ! Ses recettes sont épicées, pleines de saveurs et de caractère, n'hésitant jamais à magnifier un grand plat de la cuisine traditionnelle à l'aide de ses influences méditerranéennes.

Une cuisine que l'on peut d'ailleurs désormais apprécier sans modération dans son tout nouveau chez Manzili ("ma maison", en Arabe littéraire), une toute nouvelle table éphémère (et en plein air !) installée au sein même du Jardin des Plantes, à quelques pas de la Grande Mosquée de Paris.