Tunisie

Hommage à Sayah M'Sadek

22 août 2020 à 12h12 Par Nacer Kettane
Le maître de cérémonie c’était lui !

Un flash immortalisant des tranches de vie en en faisant des écrins scintillants, un sourire lumineux en guise de bonjour et faisant de vous le héros du moment.

Une gentillesse légendaire faisant office de laisser passer voire de passe-droit, Sayah M’Sadek, artiste dans l’âme, conférait à chacun de ses gestes cette dimension où chacune de ses photos était unique et comme ces monuments qu’on arrête pas de revisiter une empreinte -témoignage pour la postérité !

Sa pellicule ne faisait aucune différence : elle vous installait dans la lumière et son « clic » comme le « clap » au cinéma faisait de vous a tout jamais l’acteur de votre propre vie !

Véritable monstre de la photographie, autodidacte, Sayah M’Sadek a pendant des décennies été le témoin direct de son temps.

La vie politique française, l’actualité internationale, les relations diplomatiques ont été « mitraillées « par cet adepte de l’image parfaite . Le chef du protocole c’était bien lui: il vous plaçait là où il fallait, vous présentait à qui de droit et ne lésinait pas sur ces formules magiques dont il avait seul le secret.

Les chefs d’état, les têtes couronnées, les ministres, les personnalités diverses et variées le laissaient faire. Ils savaient que c’était pour la bonne cause et qu’au bout ils auraient une œuvre avec un grand O.

Sa patience, son empathie faisaient de lui un acteur de la convivialité et du dialogue, un messager de la paix hors pair !

Jacques Chirac et Yasser Arafat dont il était l’ami ne s’y sont pas trompés. Durant près de cinq décennies Sayah M’Sadek a témoigné de l’Histoire de l’immigration en France, notre Histoire.

Il a su rendre compte de cette respiration passionnée et passionnante qui a bouleversé vie socio-culturelle et politique du pays et qui a largement contribué à transformer les conceptions éthiques, géopolitiques nationales et internationales.

A l’instar de l’agence Im’media animée par Mogniss et Samir Abdallah ou encore du talentueux Mahfoud Yanat, Sayah M’Sadek rejoint les rares engagés enragés auxquels des générations entières se référeront.

En effet pionniers avant l’heure ils auront constitué très tôt ces rares espaces-miroirs reflétant et fixant nos espoirs, nos combats et souvent nos désillusions !

Sayah M’Sadek évoluait dans ce monde comme un poisson dans l’eau et faisait partie de cette famille élargie . Ami de longue date de la radio il nous a accompagné lors de nos innombrables événements qu’ils soient festifs ou musicaux (concerts au Zénith,..) politiques (commémorations du 17 octobre 61,...) culturel ( prix littéraire Beurfm-mediterranee).

Et magicien comme il était, Sayah M’Sadek réussissait le tour de force d’être à la fois dans la salle et sur la scène !

Cher Sayah M’Sadek je n’oublierai jamais cette soirée mémorable sur le toit de l’UNESCO où toi, le bédouin du sud, l’enfant de Zarzis et, moi, le fils de la montagne Kabyle, en compagnie de notre frère d’Afrique Hervé Bourges, nous communions ensemble pour crier à la terre entière notre soif d’amour et d’amitié entre les hommes, entre les peuples.

Ce jour là, Paris était à nos pieds, nous embrassions le monde et toi fidèle à ton habitude, tu nous enveloppait dans cet halo de lumière surgissant de ta boîte magique et que toi seul savait faire rayonner !

Salam l’Artiste