Tunisie

Décès de l'artiste tunisien Rafik el Kamel

16 mars 2021 à 13h27 Par Manuel Mariani
Crédit photo : D.R.

Dans un communiqué daté du 12 mars 2021, le Ministère des Affaires Culturelles de Tunisie a annoncé le décès de l’artiste Rafik el Kamel.

Rafik El KamelNé en 1944 à Tunis, Rafik El Kamel appartient à la deuxième génération de peintres tunisiens.

Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Tunis en 1966, il appartient au groupe d’artistes émergent symbolisant le dynamisme et l’ouverture d’esprit de la fin des années 1960 en Tunisie.

De 1967 à 1971, El Kamel découvre la pure expression de la peinture lors d’un séjour à Paris. Il poursuit alors sa formation artistique à l'École des Arts Décoratifs, et passe le plus clair de son temps à l'atelier Despierre.

De retour à Tunis, El Kamel est nommé professeur à l'Ecole des Beaux-Arts. Il expose dans diverses galeries et institutions à travers le monde, comme les expositions annuelles de l'Ecole de Tunis, au Salon de Mai à Paris, avant de participer aux expositions collectives Irtissem à Tunis, en 1977 à la Biennale des Jeunes Artistes à Paris et en 2002 à l'Institut du Monde Arabe, dans le cadre de l’exposition « Perspectives sur l'art arabe contemporain ».

En 1984, il reçoit le Premier Prix de la Ville de Tunis et le Premier Prix de l'Exposition annuelle d'art contemporain de Tunis.

Rafik El Kamel n’a jamais appartenu à aucune tendance esthétique ni à un quelconque mouvement ou collectif artistique.

Dans ses œuvres, Il exprime la solitude du créateur face à la nécessité de raconter. La peinture abstraite d’El Kamel ne contient pas plus de trace d’affirmation anecdotique de l’identité qu’elle ne se souvient de Matisse ou de Klee : un monde dynamique, à la fois puissant et fragile, dans lequel l'équilibre semble durement conquis sur un chaos souterrain sans cesse prêt à reprendre ses droits.

C’est contradictoirement l’absence de thème récurrent, qui confère à l’œuvre d’El Kamel une dimension épique.

L'espace et la lumière sont des caractéristiques fortes de sa peinture, décrivant la vie sans nostalgie sous une forme abstraite. Ses compositions reflètent une réalité intérieure invisible à l'œil nu. Son véritable talent vient de la peinture de formes graphiques en grappes et de formes assemblées reconnaissables dans toutes ses toiles à l'aide de couleurs subtiles et d'une lumière diffuse.

Le travail d’El Kamel se distingue par son authenticité et son grand modernisme, révélant une main puissante alliée à un esprit novateur. Rafik El Kamel lui-même l’affirmait : « peindre, c’est comme tenir un journal : celui de ses sentiments ».