A la Une

[Cinéma] « Fragile », un dirty dancing à l’algérienne !

25 août 2021 à 14h00 Par Christophe
Crédit photo : D.R

Cette semaine on vous propose « Fragile », une histoire d’amour, de danse, et d'huîtres ! Un film qui met en avant de nouveaux visages et les classiques du raï.

Le résumé

Az travaille chez un ostréiculteur à Sète. Les huîtres il connaît ça par cœur, il les ouvre par centaines. Dans l’une d’elle, Az décide de cacher une bague, pour demander sa petite amie Jess en mariage. Elle ne dit pas oui. Heureusement, sa bande d’amis est prête à tout pour l’aider à sortir la tête de l’eau.

La bande annonce

 

L’avis de Christophe

« Fragile » est le premier long métrage d’Emma Benestan. Elle définit son film comme un dirty dancing à l’algérienne.

C’est l’histoire d’un garçon qui apprend à danser par amour. « Je suis franco-algérienne. Ça me tenait à cœur de réaliser un film avec de jeunes héros d’origine maghrébine, de leur écrire une histoire d’amour, une comédie romantique ». Le but étant de s’éloigner des clichés, de ne pas parler d’immigration mais de prendre des jeunes à qui on colle souvent une image négative et leur écrire une histoire d’amour ou le raï serait mis en valeur.

Si vous avez vu la bande annonce, vous vous en êtes sûrement rendu compte ; la musique est importante dans ce film où la réalisatrice a volontairement voulu s’éloigner des morceaux pop qui illustrent habituellement les comédies romantiques. À la place, elle a voulu utiliser les grands classiques de la musique algérienne, en piochant dans le patrimoine de plusieurs générations.

De nombreux acteurs des seconds rôles ont été trouvés via l’association 1000 Visages, une association qui insère dans le milieu du cinéma des jeunes qui ne sont pas du milieu notamment pour des raisons sociales. La réalisatrice y a animé beaucoup d'ateliers et Oulaya Amamra, qui joue Lila, la pote danseuse du héros du film, a fait son premier tournage à 9 ans grâce à cette association. Elle avait ensuite été révélée par « Divines » qui lui avait permis de décrocher le César du meilleur espoir féminin. 

Enfin « Fragile » est aussi un film pour prolonger encore l’été, une histoire d’amour dans le sud, à Sète, une région que la réalisatrice connaît bien puisqu’elle y a grandi. Elle veut montrer aussi dans ce film l’évolution de la région, où de nombreux tournages de feuilleton se sont installés ces dernières années, mais où les gens de ce nouveau monde de la télé ne se mélangent pas vraiment au milieu beaucoup plus populaire des personnages du film.

« Fragile », à voir dès aujourd’hui au cinéma… parce que le cinéma, c’est mieux au cinéma !