Approvisionnement en gaz : l’Algérie au secours de l’Europe !

8 mars 2022 à 11h38 par Fodil

L’entreprise nationale algérienne Sonatrach affirme sa volonté d’exporter son gaz en Europe en cas de baisse des exportations russes, en l’acheminant notamment via le gazoduc Transmed reliant l'Algérie à l'Italie.

Sonatrach
Sonatrach
Crédit: D.R.

Alors que l’invasion russe de l’Ukraine explose les prix du gaz en Europe, la société nationale algérienne Sonatrach, troisième fournisseur de gaz à l’Europe, se dit prête à augmenter ses exportations en cas de rupture d’approvisionnement du gaz russe.

L’Italie sollicite l’Algérie pour une augmentation des approvisionnements en gaz naturel

Le ministre italien des affaires étrangères, Luigi Di Maio, s’est rendu à Alger le 28 février dernier pour discuter avec son homologue algérien d'une augmentation pour compenser une éventuelle baisse des approvisionnements en provenance de Russie. 

L'Italie importe environ 95% du gaz qu'elle consomme et est l'un des pays européens les plus dépendants du gaz russe. Le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, a déclaré qu'environ 45% du gaz naturel importé dans la péninsule provenait de Russie, ajoutant que son pays pourrait augmenter ses approvisionnements en gaz depuis l'Algérie.

Du gaz moins cher et plus facile à transporter

L'Algérie est connue pour produire du gaz moins cher et plus facile à transporter que le gaz russe. Le géant public algérien des hydrocarbures Sonatrach s’est positionné sur le marché européen.

L’entreprise nationale « dispose de capacités inutilisées sur le gazoduc Transmed reliant l'Algérie à l'Italie », a assuré son directeur général, Toufik Hakkar, qui pourraient être utilisées pour « augmenter l'approvisionnement du marché européen ».

Ce gazoduc peut transporter jusqu'à 32 milliards de mètres cubes de gaz par an, soit quatre fois plus que le gazoduc Medgaz qui alimente l'Espagne. Sonatrach peut également exporter du gaz liquéfié à travers ses bateaux.

L'Algérie transporte plus de 42 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an ; seuls les gazoducs russes peuvent en pomper autant.