La Libre antenne de Vanessa 20.12.17

19 décembre 2017 à 23h00

La Libre antenne de Vanessa  20.12.17

19 décembre 2017

Beur FM

La Libre antenne de Vanessa 20.12.17

Archives

Mots-clés: Archives

La Libre Antenne 19.12.17

Vanessa vous propose chaque soir enter 21H00 ET 0h00 un espace d'expression sur Beur FM

Joignez le standard au 01 53 48 3000

Thème: « Ça ne devrait plus être un sujet »

Suite au passage de Jamel Debbouze, lundi 18 décembre sur le plateau de Claire Chazal, voici quelques interventions de Jamel agacé par des questions sur ses origines, la journaliste ayant évoqué le rôle de porte-parole de Debbouze dans la communauté maghrébine.

« Encore aujourd’hui, on est obligé de creuser ce sillon. On est obligé de dire fort combien on est français, combien on est né ici, combien on vit les choses exactement de la même manière que n’importe quel Français de souche ». « C’est vrai, je le dis souvent, mais c’est schizophrénique d’avoir l’impression d’être étranger dans son propre pays ».
« On a le sentiment qu’on doit en faire deux fois plus, qu’on doit se justifier deux fois plus. Dès lors qu’il y a un mec qui a les cheveux et les yeux noirs, qui vient de Tuni­sie, d’Algé­rie ou du Maroc et qui fait quoi que ce soit, on doit s’expliquer »
« Et c’est vrai que pendant les événements, j’ai été sur-solli­cité, et je l’ai mal vécu, car ça me concerne au même titre que tout le monde ».
« Je suis issu de l’immigration, je ne le nie pas, j’en suis extrêmement fier. Mais on est en 2017, et vu tout ce qu’on a fait, vu notre histoire commune, ça ne devrait plus être un sujet ».

 

Après ces horribles attentats, la blessure est toujours aussi profonde, cela concerne tous les français sans distinction. Les cimetières sont remplis de victimes de cette folie meurtrière, elles sont de toutes confessions, chrétiennes, musulmanes, juives, athées et autres… Insidieusement ou pas, les musulmans étaient souvent sollicités à s’exprimer pour affirmer publiquement leur position par rapport aux attentats. Certains l’ont vécu comme une pression, et avaient l’impression de se justifier d’actes dont ils ne sont pas...